La nutrition de Bébé

petits-pieds

Bonjour chers amis,

Vos demandes sont nombreuses pour que je vous écrive moi aussi une lettre régulière, voici donc la première. Cette lettre mensuelle sera ancrée dans le concret quotidien de votre Santé, et les réponses à vos questions.

Ce sont vos enfants qui vous motivent le plus : leur santé vous est précieuse ! Et leur alimentation vous inquiète : avant leur première incisive, ils sont déjà consommateurs de lait et d’aliments industriels. Il est très fréquent que leur système digestif et immunitaire se rebelle avec régurgitations, diarrhées, rhinites, otites et autres problèmes ORL, bronchiolites, érythème, eczéma…

C’est alors le stress à la recherche du lait idéal pour l’enfant… Challenge difficile ?

La récente actualité fait écho à votre inquiétude ! Un père de famille m’a alertée sur un article du Monde du 28 09 2016 (1)
– « L’Anses (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) a publié une analyse des contaminants (métaux lourds, dioxines, pesticides…) présents dans l’alimentation type des enfants de moins de trois ans … À bannir pour les enfants de moins de 1 an, selon l’Anses : le lait courant, qui présente trop de polluants organiques… » L’Anses proscrirait le lait normal, c’est-à-dire de vache, mais pas les laits en poudre pour bébés. En y regardant de plus près, toute l’alimentation pour bébés est concernée.

– Voyons l’étude (2):
Il s’agit d’une étude bibliographique très complète, avec de très nombreux experts français se référant à la littérature internationale, mais comportant de nombreuses incertitudes liées aux données de consommation, de composition et de contamination (162 pages) : sur six ans d’études, 670 substances ont été ciblées.
Si l’Anses recommande de proscrire, « pour les enfants de moins d’1 an, le lait courant », elle s’intéresse tout autant aux autres aliments pour bébés.
« Neuf polluants, dont les métaux lourds, sont présents dans les aliments des enfants en bas des doses à risque, dans « lait en poudre, petits pots et biscuits… un nombre non négligeable d’enfants présente une exposition supérieure aux valeurs toxicologiques de référence », souligne l’agence.
« Parmi ces composés figurent trois métaux lourds, considérés comme toxiques : l’arsenic, présent surtout dans les petits pots à base de légumes et de poisson, le riz et les céréales infantiles, le nickel, dans les produits à base de chocolat, et le plomb, dans les légumes et l’eau. »

La plupart des laits infantiles industriels sont faits à partir de lait de vache; ils contiennent donc eux aussi des toxiques, c’est logique. Ces toxiques ne semblent pas éliminés par le conditionnement industriel !
Bref, il vaut mieux se passer des aliments pour bébés et les préparer soi-même.

Le bon lait de nos grand-mères : autrefois on le prenait à la ferme, on le faisait bouillir et sans le savoir nos mères le stérilisaient ainsi, et supprimaient simultanément les facteurs de croissance destinés au veau, dont cette étude ne parle pas évidemment. En outre, on le coupait à moitié d’eau pour les petits, qui pour la plupart avaient été allaités par leur maman préalablement. Mais le lait d’aujourd’hui est pollué nous dit-on !!! Il faut l’exclure dit l’ANSES ! En bouteille, en pack ou en poudre pour bébés !!!
Mais qu’allons-nous faire, disent les jeunes mamans ? Vous posez, très nombreuses, la question des laits en poudre pour bébés et des intolérances. Si l’on en croit l’Anses, vous avez raison !

L’allaitement maternel, qu’en fait-on ?

Quelle alternative? Nous possédons la plus naturelle et la plus immuno-logique des solutions, le lait maternel.
Allaiter son bébé, c’est le mieux pour sa santé, si la mère est en bonne santé.
Il n’y a pas de doute, l’idéal est l’allaitement maternel, quand on peut et quand on veut. Toutes les instances s’accordent là-dessus, pour la santé du nouveau-né et la construction de ses défenses immunitaires, de son système nerveux central et périphérique.
Certes cela n’est pas forcément évident et le soutien familial manque souvent cruellement aux jeunes mères pour mettre bien en place un allaitement : il est donc important de souligner et recommander l’excellent soutien apporté par les animatrices et les réseaux de la Leche league, très bien formées et très compétentes avec une base très scientifique.

Mais attention à ce que consomme la maman

En effet les toxiques qu’elle absorbe passent en partie dans le lait maternel, c’est pourquoi on recommande l’arrêt du tabac bien avant, et de tout médicament sauf avis médical. Il faut donc veiller à avoir une alimentation saine et fraîche, préparée sans excès de cuisson, de type méditerranéen avec large prédominance de fruits et légumes frais, poissons frais, volailles, oeufs frais, le tout bio pour éviter au maximum les toxiques.

Mais j’entends déjà : vous n’avez pas le temps de faire la cuisine.
Pourtant si vous saviez combien c’est rapide ! Vingt minutes suffisent : cinq minutes à la vapeur douce pour des légumes frais coupés (la plupart du temps sans épluchage) ou des légumineuses trempées; cinq à six minutes pour des morceaux de poisson ou de volaille. Pas de plats industriels ou de sauces compliquées et indigestes, mais seulement des associations d’herbes, aromates, produits frais et intacts nutritionnellement, pour votre meilleure santé… C’est plus rapide que de descendre acheter un plat tout prêt au coin de la rue, et au moins vous savez ce que vous mangez !
Oui, il faut tout revoir, en retrouvant le goût du naturel tellement simplifié que vous allez, croyez-moi, y gagner du temps, de l’argent, et une forme et une santé peut-être oubliés ! En prime vous perdrez naturellement les kilos en trop !

Du frais, du bio, de saison et de proximité, pour tous, des plus grands aux plus petits, car tout commence très tôt, dès la diversification alimentaire du bébé.

De l’allaitement au sevrage

Après l’allaitement maternel, le plus longtemps possible (six mois exclusifs, dit l’OMS, et jusqu’à deux ans : un peu matin et soir si possible pendant un an de plus au moins, cela permet la mise en place des meilleures défenses immunitaires de Bébé) va se poser la question du sevrage. On se retrouve alors devant le même problème que lorsqu’on doit sevrer l’enfant pour la reprise du travail. Si vous devez choisir un lait, avant quatre mois, ce sera un lait bio pour bébé, en lisant bien les composants, et en surveillant ses réactions.

Dès quatre mois vous pouvez passer aux laits végétaux, qui apportent calcium, protéines, vitamines B et acides gras de bonne qualité : sauf riz trop pauvre en calcium et minéraux, et soja trop riche en phytohormones, et dangereux en particulier chez les moins de six mois.
Ne les prenez pas en pack liquide, stérilisé et avec additifs, mais en poudre bio et avec un dosage enfant (1/2 du dosage adultes) : le matin amande, et le soir châtaigne plus légère et digeste, comme le lait de maman du soir, pour mieux dormir. Cette étape commence la diversification alimentaire, en route vers le sevrage.

Dès quatre à cinq mois aussi, on peut commencer à donner de bons légumes bien choisis et préparés (cuisson vapeur douce), de bonnes huiles (olive principalement, associée avec un peu d’huile de colza, noix, cameline… vierge et bio), progressivement et d’abord bien mixés et en soupes, puis purées, jusqu’à ce que l’enfant soit capable de bien les mastiquer.
Et cela afin de leur permettre d’adapter leur tube digestif à ces aliments, ceux qu’ils ont appris à connaître déjà à travers l’alimentation de leur maman tout au long de la grossesse. Les protéines animales viendront doucement et très progressivement, écrasées et en très petite quantité (cuillerée a café), en commençant par poisson blanc et un peu de jaune d’oeuf bio cuit à la vapeur douce. Cette alimentation très variée assure une très large palette de nutriments dans les meilleures conditions et évite les carences.
Mais le calcium? Le mieux assimilé vient des végétaux, tous, et en particulier amandes et noisettes justement ! Nous en reparlerons.

Alors, à bientôt ? Je vous retrouverai le mois prochain ! (3)

Bien cordialement

Christine Bouguet-Joyeux

Notes de Bas de Page

(1) En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/
(2) et http://www.francetvinfo.fr/
(3) Prochains thèmes pour aller plus loin qui me sont déjà demandés :

  • Avant la conception ou préparer la conception
  • Les mille jours pour que se construise l’immunité du bébé
  • L’alimentation du 1er trimestre
  • Tout au long de la grossesse
  • Au moment de la délivrance
  • L’allaitement de la première semaine
  • Les 6 premiers mois
  • Les premières dents et le sevrage

 

✉️  La Lettre de Christine Bouguet-Joyeux est un service d’information nutrition indépendant, spécialisé dans l’éducation à la prévention santé auprès du grand public et en particulier des femmes en situation de précarité. Inscription gratuite : cliquez ici.

⚠️  Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

✌️  Cet article gratuit d’information santé indépendante vous est offert par votre association, FamillesSantéPrévention. Soutenez sa mission sociale et hippocratique d’éducation à la prévention santé en considérant un abonnement annuel ! Pour plus d’informations, cliquez ici.